The Front de Liberation du Quebec is not the Messiah, nor a modern-day Robin Hood. It is a group of working people of Quebec who are committed to do everything they can for the people of Quebec to take their destiny in their hands.

The Front de Liberation du Quebec wants the total independence of the Quebecois, brought together in a free society, purged forever of its band of voracious sharks, the patronage-dispensing big bosses and their servants who have made Quebec into their private preserve of "cheap labour" and of exploitation without scruple.

The Front de Liberation du Quebec is a movement not of aggression, but of response to aggression - the aggression organized by high finance through the marionettes of the federal and provincial governments (the Brinks "show", Bill 63, the electoral map, the so-called "social progress" tax, Power Corporation, Doctor's Insurance, the men of Lapaime...).

The Front de Liberation du Quebec finances itself by voluntary taxes taken from the corporations which exploit the working people (banks, finance companies, etc...).

    "The moneyed powers of the status quo, the majority of the traditional guardians of our people, have gotten the reaction they hoped for: the step backward, rather than the change we have worked for as never before, for which we are going to continue working." - Rene Levesque, April 29, 1970.
We believed, once, that it was worth the effort to channel our energies, our impatience which Rene Levesque expresses so well, within the Parti Quebecois; but the Liberal victory shows clearly that what is called a democracy in Quebec is, and always has been, nothing but the "democracy" of the rich. The Liberals' victory in this way is nothing but the victory of the Simard-Cotroni election riggers. As a result, British parliamentarism is finished, and the Front de Liberation du Quebec will never let itself be diverted by the electoral crumbs which the Anglo Saxon capitalists toss into the Quebecois lower courtyard every four years. Numbers of Quebecois have understood, and they are going to act. Bourassa in the year to come, will see an idea ripen: 100,000 revolutionary working people, organized and armed.

Yes - there are reasons for the Liberal win. Yes, there are reasons for unemployment, for poverty, for slums, for the fact that you, Mr. Bergeron of Visitation Street, and also you Mr. Legendre of Laval who earns $10,000 a year, you do not feel free in our country, Quebec.

Yes, there are reasons, and the men of Lord & Cie know them; the fishermen of the Gaspesie, the workers of the North Shore, the miners of Iron Ore, of Quebec Cartier Mining, or Noranda Mines, they also know those reasons. And the decent, honest working people of Cabano whom they tried to screw one more time know lots of those reasons.

Yes, there are reasons why you, Mr. Tremblay of Panet Street, and you, Mr. Cloutier, working in construction in St.-Jerome, why you can't afford "golden vessels" with beautiful string music and trappings put on by Drapeau the aristocrat - the one who is so concerned about slums that he puts colored billboards and fences in front of them so the rich tourists will not see our misery.

Yes, these are reasons why you Mrs. Lemay of St.-Hyacinthe, you can't afford little trips to Florida, as the crooked judges and MP's can with our money.

The good, honest workers of Vickers & Davie Ship, the men who were given no reason for being kicked out of their jobs, know those reasons. And the men of Murdochville, smashed for the sole reason that they wanted to unionize, the men who were made to pay over two million dollars because they wanted to exercise this elementary right. The men of Murdochville know about justice and they know a lot of reasons.

Yes, there are reasons why you, Mr. Lachance of St.-Marguerite Street, you went to drown your despair, your bitterness, your rage in that dog's beer, Molson's. And you, Lachance junior, with your marijuana cigarettes.

Yes, there are reasons why you, welfare people, you are being kept on the dole from generation to generation. There are all sorts of reasons, the Domtar workers in Windsor and East Angus know about them. And the workers at Squibb and Ayers, and the men at the Liquor Board and Seven Up and Victoria Precision, and the manual labourers of the cities of Labal and Montreal and the men of Lapalme, they know the reasons well.

The Dupont of Canada workers, they also know them, even if soon they will only be able to tell about them in English (thus assimilated, they will increase the number of immigrants, Neo-Quebecois, the favorite children of Bill 63).

And the policemen of Montreal, the arms of the system, they must have understood those reasons, they must have seen that we live in a terrorized society, because without their force, without their violence, nothing functioned on the 7th of October.

We have had our fill of the Canadian federalism which penalizes the dairy producers of Quebec to satisfy the needs of the Anglo-Saxons of the Commonwealth; which maintains the decent taxi drivers of Montreal in a state of half-slavery while blatantly protecting the exclusive monopoly of nauseating Murray Hill and its assassin-owner Charles Hershorn and his son Paul, who repeatedly, on the night of October 7, grabbed the 12 gauge shotgun from the hands of his employees to fire at taxi drivers and so fatally injure Corporal Dumas, killed as a demonstrator; which carries out an insane import policy while throwing into the street, one by one, the small wage-laborers in the textile and shoe industries, the most downtrodden in Quebec, for the profit of a clutch of accursed "money-makers" in their Cadillacs; which classifies the Quebecois nation as one of Canada's ethnic minorities.

We, like more and more Quebecois, have had our fill of a government of hand-puppets which performs a thousand and one acrobatics to charm U.S. millionaires, begging them to come and invest in Quebec. La Belle Province where thousands of square miles of forests full of game and fish-stocked lakes are the exclusive property of these same all-powerful Seigneurs of the twentieth century; (

Of the hypocrite, Bourassa, who falls back on the Brinks armored cars - the true symbol of the foreign occupation of Quebec - to keep the poor Quebecois "natives" in fear of the misery and unemployment to which we are so accustomed;

Of our taxes which Ottawa's man in Quebec wants to hand out to the English-speaking bosses to give them "incentive", I kid you not, to speak French, to negotiate in French: "repeat after me: 'cheap labour means main-d'oeuvre a bon marche';"

Of promises of jobs and prosperity, when we will always be the faithful servants and boot-lickers of the "big shots" as long as there are Westmounts, Town of Mount Royals, Hampsteads, Outremonts, all those fortresses of high finance of St. James Street and Wall Street; as long as all of us, Quebecois, have not driven out by any means necessary, including arms and dynamite, those economic and political "bosses", who are ready to stoop to any level in order to screw us better.

We live in a society of terrorized slaves, terrorized by the big bosses: Steinberg, Clark, Bronfman, Smith, Neapole, Timmins, Geoffrion, J. L. Levesque, Hershorn, Thompson, Desmarais, Kierans. (Besides these: Remi Popol, the gasket; Drapeau, the "dog"; Bourassa, the Simard sidekick; Trudeau, the faggot; they are "peanuts".)

Terrorized by the capitalist Roman Church, even if this seems less and less obvious (but who owns the Stock Exchange Tower?), by payments to Household Finance, by the advertising of the masters of consumption, Eaton's, Simpson's, Morgan's, Steinbergs, General Motors...); terrorized by the closed precincts of knowledge and culture called universities and by their monkey directors like Gaudry and Dorois and by the submonkey Robert Shaw.

Our numbers are growing, we who know and are ground down by this terorist society; and the day is approaching when all the Westmounts of Quebec will disappear from the map.

Working people in the factories, in the mines and in the forests; working people in the service industries, teachers, students, unemployed: take what belongs to you, your labor, your determination and your freedom. And you, workers of General Electric, it is you who make your factories run; you alone are capable of producing; without you, General Electric is nothing.

Working people of Quebec, begin today to take back what belongs to you; take yourselves what is yours. You alone know your factories, your machines, your hotels, your universities, your unions; do not wait for a miracle organization.

Make your revolution yourselves, in your neighborhoods, in your work places. And if you do not make it yourselves, more usurpers, technocrats or others, will replace the handful of cigar puffers we now know, and everything will have to be done over again. You alone can build a free society.

We must fight, no longer one by one, but together, until victory, with all the means at our disposal, as did the Patriots of 1837-1838 (those whom our holy mother the Church hastened to excommunicate, the better to sell itself to British interests).

Let all, in every part of Quebec, scornfully dismissed as "lousy French" and drunkards, take up with vigor the battle against the club smashers of freedom and justice, and strip their power to harm from the professionals of hold-ups and fraud: bankers, "businessmen", judges, sold out politicians...

We are Quebecois working people and we will go to the end. We want, with all the people, to replace this slave society with a free society, functioning of itself and for itself, a society open to the world.

Our struggle can only be victorious. Not for long can one hold in misery and scorn, a people once awakened.

Vive le Quebec libre!

Vive les camarades prisonniers politiques!

Vive la revolution quebecoise!

Vive la Front de Liberation du Quebec!

(... et en français...)

Le Front de libération du Québec n'est pas le messie, ni un Robin des bois des temps modernes. C'est un regroupement de travailleurs québécois qui sont décidés à tout mettre en oeuvre pour que le peuple du Québec prenne définitivement en mains son destin.

Le Front de libération du Québec veut l'indépendance totale des Québécois, réunis dans une société libre et purgée à jamais de sa clique de requins voraces, les « big boss » patronneux et leurs valets qui ont fait du Québec leur chasse-gardée du cheap labor et de l'exploitation sans scrupule.

Le Front de libération du Québec n'est pas un mouvement d'agression, mais la réponse à une agression, celle organisée par la haute finance par l'entremise des marionnettes des gouvernements fédéral et provincial (le show de la Brinks, le bill 63, la carte électorale, la taxe dite de « progrès social », Power Corporation, l'assurance-médecins, les gars de Lapalme ...).

Le Front de libération du Québec s'autofinance d'impôts volontaires prélevés à même les entreprises d'exploitation des ouvriers (banques, compagnies de finance, etc.).

    «Les puissances d'argent du statu quo, la plupart des tuteurs traditionnels de notre peuple, ont obtenu la réaction qu'ils espéraient, le recul plutôt qu'un changement pour lequel nous avons travaillé comme jamais; pour lequel on va continuer à travailler.» - René Lévesque, 29 avril 1970.
Nous avons cru un moment qu'il valait la peine de canaliser nos énergies, nos impatiences comme le dit si bien René Lévesque, dans le Parti Québécois, mais la victoire libérale montre bien que ce qu'on appelle démocratie au Québec n'est en fait et depuis toujours que la « democracy » des riches. La victoire du Parti Libéral en ce sens n'est en fait que la victoire des faiseurs d'élections Simard-Cotroni. En conséquence, le parlementarisme britannique, c'est bien fini et le Front de libération du Québec ne se laissera jamais distraire par les miettes électorales que les capitalistes anglo-saxons lancent dans la basse-cour québécoise à tous les quatre ans. Nombre de Québécois ont compris et ils vont agir. Bourassa dans l'année qui vient va prendre de la maturité: 100 000 travailleurs révolutionnaires organisés et armés!

Oui, il y en a des raisons à la victoire libérale. Oui, il y en a des raisons à la pauvreté, au chômage, aux taudis, au fait que vous M. Bergeron de la rue Visitation et aussi vous M. Legendre de Ville de Laval, qui gagnez 10 000 dollars par année, vous ne vous sentiez pas libres en notre pays le Québec.

Oui, il y en a des raisons, et les gars de la Lord les connaissent, les pêcheurs de la Gaspésie, les travailleurs de la Côte Nord, les mineurs de la Iron Ore, de Quebec Cartier Mining, de la Noranda les connaissent eux aussi ces raisons. Et les braves travailleurs de Cabano que l'on a tenté de fourrer une fois de plus en savent des tas de raisons.

Oui, il y en a des raisons pour que vous, M. Tremblay de la rue Panet et vous, M. Cloutier qui travaillez dans la construction à St-Jérôme, vous ne puissiez vous payer des « vaisseaux d'or » avec de la belle zizique et tout le fling flang comme l'a fait Drapeau l'aristocrate, celui qui se préoccupe tellement des taudis qu'il a fait placer des panneaux de couleurs devant ceux-ci pour ne pas que les riches touristes voient notre misère.

Oui, il y en a des raisons pour que vous Madame Lemay de St-Hyacinthe, vous ne puissiez vous payer des petits voyages en Floride comme le font avec notre argent tous les sales juges et députés.

Les braves travailleurs de la Vickers et ceux de la Davie Ship les savent ces raisons, eux à qui l'on n'a donné aucune raison pour les crisser à la porte. Et les gars de Murdochville que l'on a écrasés pour la seule et unique raison qu'ils voulaient se syndiquer et à qui les sales juges ont fait payer plus de deux millions de dollars parce qu'ils avaient voulu exercer ce droit élémentaire. Les gars de Murdochville la connaissent la justice et ils en connaissent des tas de raisons.

Oui, il y en a des raisons pour que vous, M. Lachance de la rue Ste-Marguerite, vous alliez noyer votre désespoir, votre rancoeur et votre rage dans la bière du chien à Molson. Et toi, Lachance fils avec tes cigarettes de mari... Des tas de raisons Oui, il y en a des raisons pour que vous, les assistés sociaux, on vous tienne de génération en génération sur le bien-être social. Il y en a des tas de raisons, les travailleurs de la Domtar à Windsor et à East Angus les savent. Et les travailleurs de la Squibb et de la Ayers et les gars de la Régie des Alcools et ceux de la Seven-Up et de Victoria Precision, et les cols bleus de Laval et de Montréal et les gars de Lapalme en savent des tas de raisons.

Les travailleurs de Dupont of Canada en savent eux aussi, même si bientôt ils ne pourront que les donner en anglais (ainsi assimilés, ils iront grossir le nombre des immigrants, Néo-Québécois, enfants chéris du bill 63).

Et les policiers de Montréal auraient dû les comprendre ces raisons, eux qui sont les bras du système; ils auraient dû s'apercevoir que nous vivons dans une société terrorisée parce que sans leur force, sans leur violence, plus rien ne fonctionnait le 7 octobre!

Nous en avons soupé du fédéralisme canadien qui pénalise les producteurs laitiers du Québec pour satisfaire aux besoins anglo-saxons du Commonwealth; qui maintient les braves chauffeurs de taxi de Montréal dans un état de demi-esclaves en protégeant honteusement le monopole exclusif à l'écoeurant Murray Hill et de son propriétaire-assassin Charles Hershorn et de son fils Paul qui, à maintes reprises, le soir du 7 octobre, arracha des mains de ses employés le fusil de calibre 12 pour tirer sur les chauffeurs et blesser ainsi mortellement le caporal Dumas, tué en tant que manifestant ; qui pratique une politique insensée des importations en jetant un à un dans la rue des petits salariés des textiles et de la chaussure, les plus bafoués au Québec, aux profits d'une poignée de maudits « money makers » roulant en Cadillac; qui classe la nation québécoise au rang des minorités ethniques du Canada.

Nous en avons soupé, et de plus en plus de Québécois également, d'un gouvernement de mitaines qui fait mille et une acrobaties pour charmer les millionnaires américains en les suppliant de venir investir au Québec, « la Belle Province », où des milliers de milles carrés de forêts remplies de gibier et de lacs poissonneux sont la propriété exclusive de ces mêmes Seigneurs tout-puissants du XXe siècle;

D'un hypocrite à la Bourassa qui s'appuie sur les blindés de la Brinks, véritable symbole de l'occupation étrangère au Québec, pour tenir les pauvres « natives » québécois dans la peur de la misère et du chômage auxquels nous sommes tant habitués;

De nos impôts que l'envoyé d'Ottawa au Québec veut donner aux boss anglophones pour les « inciter », ma chère, à parler français, à négocier en français : repeat after me: « cheap labor means main-d'oeuvre à bon marché ».

Des promesses de travail et de prospérité, alors que nous serons toujours les serviteurs assidus et les lèche-bottes des big shot, tant qu'il y aura des Westmount, des Town of Mount-Royal, des Hampstead, des Outremont, tous ces véritables chateaux forts de la haute finance de la rue St-Jacques et de la Wall Street, tant que nous tous, Québécois, n'aurons pas chassé par tous les moyens, y compris la dynamite et les armes, ces big boss de l'économie et de la politique, prêts à toutes les bassesses pour mieux nous fourrer.

Nous vivons dans une société d'esclaves terrorisés, terrorisés par les grands patrons, Steinberg, Clark, Bronfman, Smith, Neapole, Timmins, Geoffrion, L. Lévesque, Hershorn, Thompson, Nesbitt, Desmarais, Kierans (à coté de ça, Remi Popol la garcette, Drapeau le dog, Bourassa le serin des Simard, Trudeau la tapette, c'est des peanuts).

Terrorisés par l'église capitaliste romaine, même si ça parait de moins en moins (à qui appartient la Place de la Bourse ?), par les paiements à rembourser à la Household Finance, par la publicité des grands maîtres de la consommation Eaton, Simpson, Morgan, Steinberg, General Motors...;

Terrorisés par les lieux fermes de la science et de la culture que sont les universités et par leurs singes-directeurs Gaudry et Dorais et par le sous-singe Robert Shaw. Nous sommes de plus en plus nombreux à connaître et à subir cette société terroriste et le jour s'en vient où tous les Westmount du Québec disparaîtront de la carte.

Travailleurs de la production, des mines et des forêts; travailleurs des services, enseignants et étudiants, chômeurs, prenez ce qui vous appartient, votre travail, votre production et votre liberté. Et vous, les travailleurs de la General Electric, c'est vous qui faites fonctionner vos usines; vous seuls êtes capables de produire; sans vous, General Electric n'est rien!

Travailleurs du Québec, commencez dès aujourd'hui à reprendre ce qui vous appartient; prenez vous-mêmes ce qui est à vous. Vous seuls connaissez vos usines, vos machines, vos hôtels, vos universités, vos syndicats; n'attendez pas d'organisation miracle.

Faites vous-mêmes votre révolution dans vos quartiers, dans vos milieux de travail. Et si vous ne la faites pas vous-mêmes, d'autres usurpateurs technocrates ou autres remplaceront la poignée de fumeurs de cigares que nous connaissons maintenant et tout sera à refaire. Vous seuls êtes capables de batir une société libre.

Il nous faut lutter, non plus un à un, mais en s'unissant, jusqu'à la victoire, avec tous les moyens que l'on possède comme l'ont fait les Patriotes de 1837-1838 (ceux que Notre sainte mère l'Eglise s'est empressée d'excommunier pour mieux se vendre aux intérêts britanniques).

Qu'aux quatre coins du Québec, ceux qu'on a osé traiter avec dedain de lousy French et d'alcooliques entreprennent vigoureusement le combat contre les matraqueurs de la liberté et de la justice et mettent hors d'état de nuire tous ces professionnels du hold-up et de l'escroquerie: banquiers, businessmen, juges et politicailleurs vendus.

Nous sommes des travailleurs québécois et nous irons jusqu'au bout. Nous voulons remplacer avec toute la population cette société d'esclaves par une société libre, fonctionnant d'elle-même et pour elle-même, une societe ouverte sur le monde.

Notre lutte ne peut être que victorieuse. On ne tient pas longtemps dans la misère et le mépris un peuple en réveil.

Vive le Québec libre!

Vive les camarades prisonniers politiques!

Vive la révolution québécoise!

Vive le Front de libération du Québec!

Phew! Writing up all the context of the references in this document is tiring work, so in the meantime I direct you to the footnotes at http://www.selkirk.bc.ca/shadrack/flqnote.htm!

Log in or registerto write something here or to contact authors.